La lave des vierges: nature et légende

1

Lava dei Vergini: l’histoire d’un phénomène qui commence à partir des années ’50 et dont les Cavoni de Naples assistent encore aujourd’hui…

Discover Naples revient, comme tous les lundis, pour raconter les histoires de la ville. Le rendez-vous hebdomadaire habituel, se concentre aujourd’hui sur la lave des Vierges – dans la Rione Sanità – et sur un phénomène particulier typique de la région dans les années 1950…

Le Rione Sanità

rione sanità storia
Foto: Trottole in viaggio

Avec un nom lié à une ancienne tradition grecque et à des histoires d’amour et de passions refusées, celui des Vierges est un village célèbre dans l’histoire de la Rione Sanità. Une zone située au nord des remparts vice-royaux de Naples et au nord du Borgo dei Vergini jusqu’à la colline de Capodimonte, qui comprend la zone de la Via Sanità, Piazza Sanità, jusqu’à la zone hospitalière de San Gennaro.

L’histoire de la Rione Sanità commence avec la construction, au XVIe siècle, dans une vallée utilisée comme lieu de sépulture à l’époque gréco-romaine; c’est précisément l’une des raisons pour lesquelles les catacombes paléochrétiennes telles que celles de San Gennaro et le célèbre cimetière de Fontanelle sont facilement identifiables dans la région. Mais pas seulement: le Ponte Maddalena Cerasuolo, également connu sous le nom de Ponte della Sanità et la basilique Santa Maria della Sanità ne sont que quelques-uns des lieux caractéristiques (et ouverts aux visiteurs) de la région, sur un itinéraire touristique appelé Miglio Sacro pour découvrir les lieux symboliques du quartier Santé.

Il Borgo dei Vergini: le nom et la légende

Palazzo dello Spagnolo
Palazzo dello Spagnolo; foto The Sooper

En revenant à notre histoire, en traversant la Porta San Gennaro, nous entrons dans le Borgo dei Vergini, le cœur de la Rione Sanità. À l’époque royale, le village était la seule voie de communication entre le Palais Royal et la Reggia di Capodimonte; c’est donc dans ce domaine que les dirigeants ont décidé de construire leurs propres résidences. Non seulement les palais royaux, cependant, le Borgo dei Vergini est imprégné d’histoire à commencer par l’église Santa Maria Succurre Miseris; l’église de San Vincenzo de Paoli; l’église de S. Maria dei Vergini où S. Alfonso de ‘Liguori a été baptisé; les palais de Sanfelice et le Palazzo dello Spagnuolo!

Pour découvrir l’histoire du nom du Borgo, il faut cependant faire un pas de plus à l’époque de Naples gréco-romaine où le quartier était occupé par une association religieuse: celle des eunostides. La communauté des eunostides était dédiée à la tempérance et à la chasteté, mais le mythe commence quand Eunosto, un jeune homme de la confrérie, est séduit par la belle Ocna. Malgré les nombreux refus du jeune homme, Ocna n’a pas renoncé à sa fréquentation jusqu’à ce qu’un jour, notre Eunosto soit obligée de la chasser, refusant, une fois de plus, les avances de la jeune femme. Blessée d’orgueil, Ocna est retournée vers ses frères et a raconté qu’elle avait été victime d’un viol par le jeune homme qui avait été tué pour venger la femme. Quelque temps plus tard, la vérité a été découverte: les deux jeunes hommes ont été arrêtés et Ocna s’est suicidé.

La lave des vierges

Géographiquement parlant, la région de Vergini était située le long d’une série de ruisseaux qui partaient des Colli Aminei. L’un de ces ruisseaux (celui qui descendait les ponts rouges), lorsqu’il atteignit Capodimonte, se bifurqua en deux donnant naissance à un autre ruisseau qui atteignit le village, l’inondant. Tant que la zone était inhabitée, les effets du débordement du cours d’eau n’étaient pas graves. Cependant, à partir des années 1950, avec la population progressive du village, l’eau est devenue un fléau…

La lava dei Vergini
foto Napolipiù.com

Ceux qui vivent dans la Rione Sanità connaissent le phénomène de la “lave des vierges”. Le Borgo dei Vergini, en effet, en plein cœur du quartier, a été pendant des années le lit d’un ruisseau qui descendait de la colline de Capodimonte et des Colli Aminei atteignant la mer.

Après la pluie, le torrent avait tendance à gonfler, devenant une véritable rivière. “Une lave! Une lave! ” les habitants du quartier ont crié alors que le ruisseau inondait les rues.

Le phénomène n’a trouvé une vraie solution qu’avec l’arrivée de Guido Martone qui en 1953 a remarqué l’existence d’une bifurcation qui transportait les eaux jusqu’à la Via Toledo, et suite à une exploration dense, il s’est retrouvé devant un tunnel souterrain, qui, obstrué , a empêché la “lave” d’atteindre la mer directement. En trois mois, Martone fait déblayer le tunnel et en profite pour construire un collecteur qui permet de collecter les débris et l’eau des Colli Aminei et Materdei. Le quartier a été libéré de la fameuse lave et à partir de ce jour la lave des vierges reste un souvenir pour les habitants du quartier. Chaque pierre et chaque recoin de ce quartier cache une histoire.

-Catacombes de Naples

Lisez aussi:
La strega del Vesuvio: da Napoli alla Disney

One thought on “La lave des vierges: nature et légende

Comments are closed.

Next Post

Napoli, murales di Jorit per Nino D'Angelo

Mar Set 15 , 2020
Jorit farà un murales in onore di Nino D’Angelo, una notizia che ha riempito di gioia il cantante napoletano. L’artista inizierà questo lunedì a dipingere la sua ultima opera che sarà realizzata sulla facciata di un palazzo di piazza Guarino, a San Pietro a Patierno. Dove si potrà trovare il murales? L’edificio si trova […]