Discover Naples, Crimes d’honneur au Palazzo Sansevero

Nous avons atteint le dixième rendez-vous avec Discover Naples qui nous emmène aujourd’hui directement au cœur du centre historique. Dans celui de la Piazza San Domenico Maggiore se dresse des crimes d’honneur au Palazzo Sansevero (Palazzo di Sangro), foyer de mystères, de crimes et de fantômes qui parcourent ses chambres.

Avant d’entrer dans l’histoire de l’un des nombreux palais mystérieux de Naples, nous vous invitons à lire également notre dernier article: Discover Naples, Le palais Donna Anna.

Contexte

Palazzo Sansevero
Foto: Il Progetto

Nous sommes au 16ème siècle lorsque Paolo di Sangro, premier duc de Torremaggiore, a chargé l’architecte et la sculpture Giovanni de Nola de construire le palais. Non seulement le palais, de Nola construira en fait (à l’intérieur même) l’église de Santa Maria della Pietà: lieu de sépulture de la famille pour remplacer le sanctuaire votif, inauguré en 1613 par son fils Alessandro.

La famille di Sangro est bien connue des Napolitains: le mystère qui plane autour de la figure de Raimondo di Sangro, le successeur de Paolo, occupe une place importante parmi les personnages mystérieux du Napolitain. Noble, inventeur, anatomiste, alchimiste, franc-maçon, mais surtout un grand représentant des Lumières européennes, sa figure est inextricablement liée à la chapelle Sansevero et aux machines anatomiques bavardes. Nous parlerons de Raimondo di Sangro plus tard; le véritable protagoniste de notre histoire est le duc d’Andria Fabrizio Carafa…

Maria D’Avalos: un crime d’honneur

L’histoire d’aujourd’hui se déroule dans la nuit du 18 octobre 1590, lorsque Carlo Gesualdo – prince de Venosa et grand ami de Tasso – assassine Maria D’Avalos et son amant Fabrizio Carafa, duc d’Andria.

palazzo sansevero
Fonte Terronian Magazine

Après quatre ans de mariage, Maria est maintenant lasse de son mari Carlo: un homme indifférent à tout ce qui s’est passé autour de lui et, surtout “morbide” envers la musique plutôt que son partenaire. C’est précisément dans ces circonstances, lors d’une fête de l’aristocratie napolitaine, que Maria rencontre Fabrizio, époux noble de Maria Carafa. À la suite de la réunion, les premiers potins sur leur relation adultère sont nés et il n’a pas fallu longtemps pour que la nouvelle parvienne au mari de Maria.

Cette nuit d’octobre, Carlo a trouvé deux amants ensemble et, aveuglés par la colère, les a tués. Le déshonneur causé est tel que l’homme n’est pas contenu: il expose les deux corps nus et saignants à l’extérieur du bâtiment. Effrayé par la vengeance possible de la Carafa, Gesualdo décide de fuir Naples, se sentant toujours coupable. Le palais passa donc entre les mains de Raimondo di Sangro qui décida de le restaurer, mais lorsqu’en 1889 une aile du palais s’effondra, il fut facile d’attribuer l’événement à une sorte de malédiction: le palais et ceux qui y vivaient auraient été maudits jusqu’à la septième génération.

Le fantôme de Maria

Après la mort, la jeune femme n’a pas retrouvé la paix: la légende raconte que son fantôme erre encore aujourd’hui dans les ruelles proches du palais, dans des vêtements étriqués, pleurant à la recherche de sa bien-aimée.

Palazzo Sansevero
Napolinpillole

Si vous avez aimé cette histoire, ne manquez pas le prochain rendez-vous avec Discover Naples: les crimes d’honneur au Palazzo Sansevero.

Aggiungi il nostro RSS alle tue pagine
Iscriviti alla pagina Facebook 
Seguici su Instagram
Iscriviti al nostro canale YouTube
Seguici su Twitter

One thought on “Discover Naples, Crimes d’honneur au Palazzo Sansevero

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.

Next Post

Politica: sfiducia al ministro Bonafede?

Mer Mag 20 , 2020
Politica: sfiducia al ministro Bonafede? In queste ultime settimane, sebbene tutte le energie del governo siano state indirizzate verso la fase 2, non è passato sotto traccia un vero e proprio ‘scandalo’. I protagonisti fondamentali di questa storia sono due: Nino Di Matteo, magistrato siciliano e in lotta da anni […]
Politica: sifducia contro il ministro Bonafede?